De la relation entre les parties sont nés deux enfants, Morgan en 1996 et Léa en 1999.

Selon ordonnance du 24/01/2005 la résidence des enfants a été fixée chez la mère et un droit de visite devant s'exercer à l'Espace Visite de Cahors accordé au père.

Selon jugement du 5 mars 2007 les visites médiatisées du père ont été maintenues un samedi par mois et le père dispensé de toute contribution alimentaire.

Le 5/03/2008 Madame L. saisissait le juge aux affaires familiales aux fins d'entendre fixer une contribution du père à l'entretien et à l'éducation des enfants et afin qu'il soit accordé une heure de droit de visite supplémentaire au père.

Le père n'a pas comparu à l'audience.

Monsieur M. fait valoir qu'il n'a pas de voiture et qu'il n'existe pas de liaison de la SNCF entre Villefranche et Cahors.

Monsieur M., s'il était plus préoccupé par le sort de ses enfants aurait mieux consulté le site et se serait aperçu qu'il existe une liaison par bus, départ de Villefranche à 10 H 20, arrivée après une correspondance à Cahors à 13 H 25, ce qui est tout à fait raisonnable pour un père qui dit-il se préoccupe de voir ses enfants. Monsieur M. indique qu'il n'exerce aucune activité, il a donc tout le temps de faire les trajets, ses enfants eux ayant une activité scolaire hebdomadaire et n'ayant donc aucune raison de supporter 4 heures de transport.

Enfin, il est établi que Monsieur M. est souvent absent sous les prétextes les plus divers, ou bien qu'i! écourte volontairement les horaires des visites. C'est dès lors à juste titre que le premier juge a prévu la révocation de plein droit de ces visites si Monsieur M. ne fait pas le moindre effort pour voir ses enfants.