Il est certain que l'appelant a reçu de l'intimée le recto du contrat de "location longue durée" : ce document lui a été transmis par télécopie ainsi qu'en atteste la mention imprimée au bas de la page; l'appelant ne conteste pas avoir signé ce contrat; en revanche, il n'est pas assuré qu'il ait reçu le verso de ce document, sur lequel sont mentionnées les conditions générales de vente et de location; il ne figure aucune indication de transmission par télécopie de ce verso; la clause au recto textuellement rédigée de la manière suivante "matériels et
accessoires vendus avec réserve de propriété (article 14 des conditions générales de vente et de livraison au verso), dont le signataire de la commande reconnaît avoir pris connaissance et accepté les termes", est ambigüe et ne permet pas de savoir s'il s'agit de la prise de connaissance par le locataire de l'existence de la seule clause de réserve de propriété ou des conditions générales précitées ou du seul article 14 des dites conditions; d'où il suit que la clause pénale, dont il n'est pas avéré que le locataire l'ait connue, laquelle ne figurait qu'au verso, ne peut trouver à s'appliquer dans les relations entre parties; pour les mêmes motifs, le taux d'intérêt de retard d'l %par mois ne peut être retenu et venir assortir les sommes dues en principal,