Attendu que pour modifier les dispositions prises par le magistrat conciliateur, le premier juge relève que Flavie B. a déménagé sans prévenir le père à 200 km du domicile de ce dernier, obligeant les enfants à effectuer de longs trajets fatigants; qu'en outre Flavie B. a eu des propos désobligeants sur Guillaume B. dans son blog internet; que l'appelante insiste sur ces éléments, ajoutant que ses capacités éducatives ne sont pas en cause et qu'afin de ne pas séparer la fratrie, les deux enfants doivent résider avec elle;


Mais attendu que les décisions du magistrat conciliateur sont par nature provisoires et qu'aucun élément nouveau n'est nécessaire pour que le juge aux affaire familiales statuant sur le fond du litige les modifie;

Que par des motifs pertinents que la cour adopte, le premier juge relevait les circonstances de fait (déménagement sans raison valable à une centaine de kilomètres, non information du cursus scolaire de Laura, termes dévalorisant employés par Flavie B. sur son blog) qui démontrent le non respect de la coparentalité ;


Que cette décision ne constitue pas une sanction pour la mère mais seulement la volonté d'assurer à l'enfant un environnement stable et apaisé; qu'au surplus, Guillaume B. n'est pas démenti lorsqu'il insiste sur l'instabilité sentimentale de Flavie B.;


Attendu en conséquence qu'il apparaît de l'intérêt de l'enfant que la décision soit confirmée en toutes ses dispositions;